Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche thématique

loupe

Finance

Articles portant sur ce thème :

Où en est aujourd’hui le système bancaire français ? Les banques font la queue au guichet de l’État pour lever des capitaux frais, mais elles prétendent qu’elles sont correctement capitalisées. Cet apport de l’État est nécessaire à leurs yeux pour maintenir un rythme soutenu d’octroi de crédits nouveaux, mais elles affirment aussi que leurs encours de crédit n’ont cessé de progresser malgré la crise. Alors que les acteurs économiques, ménages et entreprises, dénoncent l’attrition du crédit et que le médiateur, M. Ricol, (...) [lire]

Malgré les plans de relance, les baisses de taux d’intérêt ou appels au calme des grands argentiers, les valeurs continuent à faire le yo-yo sur les marchés boursiers. Sur fond de crainte de récession mondiale, nombre d’entreprises annoncent des suppressions d’emplois. [lire]

C’est une affaire entendue : cette crise met un terme à 25 ans de domination absolue du marché sur la politique, de la déréglementation sur la régulation, de la cupidité des financiers sur l’esprit du capitalisme entrepreneurial. Pour une opinion publique en prise avec le chômage, l’érosion du pouvoir d’achat et la peur de l’avenir, le spectacle de dirigeants faillis grassement rémunérés ne peut que nourrir un anti-capitalisme atavique que Nicolas Sarkozy a réussi à capter parfaitement, quitte à asphyxier un petit (...) [lire]

A Paris, les pays de la zone euro ont adopté, hier, un plan comprenant la garantie des prêts interbancaires et la possible recapitalisation des banques. Ce lundi, à l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire, le chef de l’Etat chiffrera les mesures pour la France.

Après le plan Paulson aux Etats-Unis et le catalogue de mesures concocté par les membres de l’Eurogroupe, les principaux pays de la zone euro - dont la France, l’Allemagne et l’Italie - ont dévoilé, lundi 13 octobre 2008, leurs plans chiffrés de soutien au secteur bancaire.

[lire]

Voir la vidéo sur le site de France 5 pendant une semaine
Après un lundi noir et un mardi gris, les marchés financiers ont connu un mercredi agité. Face à la chute brutale des bourses européennes, les banques centrales ont abaissé leurs taux directeurs et Londres volait au secours de ses établissements bancaires.
Dans le sillage des bourses asiatiques qui se sont littéralement effondrées - Tokyo plongeant de 9,38 % et Honk-Kong de 8,2 % -, leurs homologues européennes continuent leurs dégringolades. (...) [lire]

Une cession en catimini à un fonds de private equity d’une commandite publique en faillite, une insurrection sociale relayée par un acte de mutinerie, un recul de l’Etat bientôt suivi par un assaut héliporté du Gign, des mutins libérés célébrant la geste du patriotisme corse, un gouvernement contraint de négocier avec les syndicats mais sans les repreneurs ... s’il fallait une illustration de l’impossible réforme, de la dérive du service public, de l’actionnaire public sans qualités, on n’en trouverait sans doute (...) [lire]

Le débat sur la réforme du système de santé est lancé. Trois idées paraissent faire consensus parmi les décideurs : il faut maîtriser les dépenses de santé, en partager la charge entre assurances, mutuelles et sécurité sociale et responsabiliser financièrement le patient.
Mais pourquoi faudrait-il limiter les dépenses de santé  ? Chacun de nous aspire légitimement à vivre en bonne santé et nul ne voit de raison a priori de stimuler la consommation de loisirs et de limiter la consommation de services de santé. L’aspiration (...) [lire]

Les discours sans cesse changeants que tient J.M. Messier sur sa constance stratégique peuvent dérouter : quel rapport y a t il entre l’investissement dans les services publics polonais, la montée en puissance dans SFR, l’achat de Houghton Mifflin et l’acquisition de USA Networks ? En fait deux clés permettent de comprendre la stratégie d’un homme qui en quelques années a totalement refondu la Gle des Eaux, un groupe vieux d’un siècle et demi :
1-Comme banquier d’affaires, J.M. Messier sait d’instinct (...) [lire]


Haut de page