Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche


version imprimable


Les thèmes traités :
État brancardier

L’État brancardier, politiques du déclin industriel (1974-1984)

Calmann-Lévy, 1989.

(JPG) Acheter ce livre

Comment la France est-elle passée, en vingt ans, du miracle industriel aux litanies sur l’inexorable déclin ?

Les faillites spectaculaires de Boussac, de Creusot-Loire ou de La Chapelle Darblay ; les conflits interminables de Manufrance ou des imprimeries parisiennes ; le naufrage de la Navale, de la sidérurgie et de la machine-outil ; le séisme de régions comme le Nord-Pas-de-Calais et La Lorraine ou les bassins d’emploi sinistrés tels Longwy ou La Ciotat : autant de cas précis permettant de comprendre comment un ordre économique bascule, un mode de régulation étatique s’épuise et une "crise de gouvernabilité" s’installe.

Élie Cohen analyse méthodiquement les faillites, leur mode de traitement et les logiques consécutives d’intervention de l’État, pour dégager progressivement les traits communs aux "politiques du déclin industriel". Remonter des cas particuliers à la leçon générale, induire de l’observation détaillée un modèle d’ensemble : telle est la logique profonde de cet essai original.

Enquête inédite sur la grandeur et la décadence de la "Maison France", diagnostic pénétrant sur la pathologie du processus de décision, L’État brancardier dévoile le mal industriel français : incapable de traiter la crise et de négocier le changement, la France se replie, dans les années 1974-1984, sur une gestion publique douce du déclin économique.

TABLE DES MATIÈRES :

  • Présentation Ça tombait comme à Gravelotte. Les modèles explicatifs : la coupure entre micro et macro. La fin du miracle industriel français : questions. L’État et les faillites du marché. L’État et la gestion politique de la désindustrialisation. Structures, contextes, processus. Une démarche inductive.
  • Chapitre premier. - Creusot-Loire : autopsie d’une faillite
    • Grandeur et décadence de la maison Schneider
      Les heures de gloire. La chute de la maison Schneider. Un groupe industriel sous influence. Creusot-Loire : un champion national de substitution. La crise de 1975 et son issue : la diversification. L’aventure du nucléaire : grand projet et industriels serfs. Le gouvernement d’Empain-Schneider. La recherche d’un nouvel actionnaire le système Brissaud.
    • La course aux abîmes
      La leçon de capitalisme administrée par un banquier public et le CIRI. D. PineauValencienne ou l’art de la diplomatie au bord du gouffre. Le plan Fives-Lille ou l’accueil fait à Fauvart. Schneider entre abîmes et firmament.
    • Une faillite exemplaire
      Dynamique des structures. Stratégies politiques contingentes. Logiques d’interaction.

PREMIÈRE PARTIE : DE LA DÉFAILLANCE AU DÉCROCHAGE INDUSTRIEL

  • Chapitre 2. - De l’excellence à la faillite : figures de la défaillance d’entreprises
    Guerry-Duperay : l’atelier vitrine, l’usine cathédrale et les frivolités de la mode. ARCT : rater un tournant, sauter une étape. Chaffoteaux et Maury : autosuffisance et goût du grand large. Gautier : le tsar du Boupère et le marché du meuble d’enfant. Diversification et marchés publics : la Franco-Belge de Chemin de fer. Poclain : une réussite et une faillite exceptionnelles. La surréaction : une pathologie du processus décisionnel.
  • Chapitre 3. - L’effet de cheminée
    L’actionnaire ou le syndrome Bernard Palissy ? . Des banques allergiques au risque industriel ?. Le sous-traitant : partenaire ou variable de réglage ? Acheter une part de marché ou faire éliminer un concurrent par l’État ? . Le pouvoir ouvrier à l’abri de l’État : la VOA. Magistrature économique : l’indépendance sans le risque. L’entreprise défaillante face aux notables : l’effet Rotary.
  • Chapitre 4. - La crise de l’industrie extensive
    La fin du « building cycle » d’après-guerre. La quête d’une spécialisation dans les biens d’équipement mécanique. Économie de la mode et concurrence imparfaite. Crises de rentabilité, d’endettement et d’actionnariat. Concentration et modèle de la grande entreprise.

DEUXIÈME PARTIE L’ÉTAT D’URGENCE

  • Chapitre 5. - Les commandos de l’anticrise
    L’innovation administrative. Faits d’armes et morceaux de bravoure. Sociologie d’une communauté déviante. De la torsion de bras. L’art de la faillite. L’invention du repreneur : l’affaire Sartec. L’AOIP ou comment faire payerjavascript :barre_raccourci(’’,’’,document.formulaire.texte) les autres. L’économie du don : La Chapelle-Darblay. Les faux nez de l’État. Les sousmarins : l’affaire Saut du Tarn.
  • Chapitre 6. - L’État et la restructuration industrielle
    • Boussac : les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent..
      1978, le naufrage de Boussac l’Etat choisit les Willot. Faire rendre gorge aux Willot une exigence morale n’a pas de prix. Spoil System industriel, rivalités administratives et coordination gouvernementale. Boussac ou les effets industriels de la présidence absolue. Dior : l’affaire derrière l’affaire. Boussac entre politique industrielle et déminage électoral.
    • Devanlay : État mécène et affaires de famille
      Une crise textile aggravée par une affaire de succession. Comment faire renaître un groupe textile moribond ?. Au Trésor, l’ingénierie financière du redressement.
    • L’invention de la valeur retranchée : Normed
      La navale : une activité assistée depuis 1951. Normed une société en faillite le jour de sa création !. L’actionnaire failli se retire mais prête ses « experts » à l’Etat. Drame social ou drame économique. Commandes par anticipation et irréversibilité des avantages acquis.
  • Chapitre 7. - L’État protecteur, stratège et juge de paix
    Aménager, restructurer, redéployer : l’offre d’intervention. Les idéaux types de la relation État-entreprise défaillante. L’État, illusoire stratège. L’Etat protecteur. L’État juge de paix. Configurations structurelles et modèles d’action du CIASICIRI.

TROISIÈME PARTIE : LA GESTION POLITIQUE DE LA DÉSINDUSTRIALISATION

  • Chapitre 8. - L’ingénierie politique de la désindustrialisation
    • La politique sectorielle, un art de la prothèse
      Lip et les classes dangereuses. Lip et la formulation de la doctrine Monod. Naissance du « Club de Paris » des entreprises en difficulté.
    • Le débranchement des régulations marchandes
      Longwy et l’impasse politique. L’ère de l’activisme. La communauté déviante.
    • La défaillance au risque du marché
      Le Creusot et la levée des tabous. L’institution du marché. L’acteur réseau.
    • Destin de l’innovation administrative
  • Chapitre 9. - Entre modernisation et déclin, l’État en industrie
    • La modernisation-reconstruction, œuvre d’un entrepreneur politique : J. Monnet 1945-1953
      L’ambiguïté créatrice du plan Monnet, 296.
    • « Les 20 glorieuses » (1954-1974)
      Expansion et construction européenne. Le « miracle français ». Du faire au faire faire étatique.
    • Le décrochage et l’interventionnisme (1974-1984)
      Chocs exogènes et léthargie européenne. Le décrochage français : l’échec de la tentative barriste de sortie de crise. La panne du parti modernisateur.
    • Le rebond et l’institution du marché (1984)
      L’industrie extensive en perspective. La gestion politique de l’économie
  • 1989 en perspective
  • Annexes
  • Notes
  • Glossaire

Acheter ce livre

Les articles portant sur le(s) même(s) thème(s) :
Haut de page